fbpx Skip to main content
André Buysse - Stratège d’Affaires
André Buysse – Stratège d’Affaires

Quelle est votre profession et qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à la télémédecine et à la télésurveillance ?
Je suis médecin et j’exerce la télémédecine et la télésurveillance depuis 2007. Je suis né en 1961 dans une famille d’agriculteurs, mon père était un ouvrier agricole dans l’industrie du pétrole, et même quand j’étais jeune, j’ai vite su ce que je voulais faire de ma vie. J’ai toujours eu des idées arrêtées sur la plupart des choses, et sur ce qui m’intéressait.

Vous avez reçu votre premier PC à 16 ans, en 1977, comment cela a-t-il façonné la personne que vous êtes aujourd’hui ?
J’étais un amateur de radio dès mon plus jeune âge, et je m’intéressais aussi à la technologie, mais mon intérêt pour les ordinateurs faisaient de moi quelqu’un d’étrange, à l’époque. Les émissions étaient diffusées par ondes radio, il n’y avait pas de réseau et les émissions étaient enregistrées sur une platine cassette.

Quels sont vos domaines de spécialisation dans le domaine médical et au-delà ?
J’ai choisi de devenir médecin anesthésiste-urgentiste, et j’ai aussi étudié l’ingénierie. En tant que médecin urgentiste, on ne peut pas compter uniquement sur la technique, il faut prendre des décisions rapides au bon moment – cela a été une fil rouge, dans ma vie. Dans la vie « normale », je suis relativement lent à prendre des décisions, mais je pense qu’il est dans ma nature d’arriver à trancher dans les moments critiques.

Qu’est-ce qui vous a poussé à obtenir une licence de pilote privé ?
J’ai toujours été intéressé par la technologie, j’ai donc voulu obtenir une licence pour piloter des aéronefs privés, et puis j’ai eu la possibilité de travailler pour une compagnie aérienne en tant que médecin, j’ai obtenu donc une licence de pilote de ligne.

Qu’est-ce qui vous a fait passer à la télémédecine ?
Lorsque j’étais médecin urgentiste, j’étais très intéressé par la télémédecine en raison de mes années passées à réanimer des personnes âgées pour la plupart, en état de détresse respiratoire, souvent causée par la prise fréquente de médicaments surdosés pour compenser la pénurie de soignants pour les personnes âgées. En 2007, la société que j’ai fondée, Heartlink Online, est devenue la première société européenne de télésurveillance des patient(e)s.

Qu’est-ce qui distingue Watcherr des autres appareils de télémédecine ?
Watcherr est en cours d’agrément médical. Je suis convaincu qu’en dépit de tous les articles à la mode sur le marché, il faut des données probantes, démontrant que le système est efficace, pour que les produits et services de l’entreprise soient remboursés.

Quels sont les défis de la télésurveillance et de sa syndication ?
En Europe, la plupart des gens ne sont pas prêts à payer pour leur traitement, les producteurs et fabricants de ces appareils doivent donc être agréés pour obtenir que leurs produits soient remboursés.

Comment procéder pour obtenir cet agrément, et comment influencez-vous les évolutions de la télémédecine ?
Je suis en contact avec les principales parties prenantes du gouvernement belge, et je participe à plusieurs groupes de travail œuvrant dans le but de faire adopter cette technologie. On discute de l’importance de ce qu’on appelle les « soins chaleureux », et jusqu’à récemment, l’utilisation de la technologie pour surveiller les patient(e)s était un anathème. La pandémie a certainement changé notre façon de voir la technologie, car il est désormais accepté que les patient(e)s fassent des télé-consultations avec leur médecin, ce qui était impensable avant la Covid-19.

Quels autres avantages avez-vous observés en ce qui concerne la mise en œuvre de la technologie dans le domaine médical ?
Si les personnes âgées, en particulier celles qui vivent seules et avec peu de contacts extérieurs, sont en mesure d’utiliser la technologie pour rester en lien avec leurs aidants et leur famille, cela allégerait certainement la charge de travail et éviterait les accidents et les décès prématurés. De plus, lorsqu’un médecin urgentiste arrive sur les lieux, il ne dispose de presque aucune information sur le/la patient(e). Ainsi, un dossier de santé électronique récapitulatif, permettrait au médecin de connaître les intolérances et allergies du/de la patient(e), et cela accélérerait les processus de contrôle requis et, en fin de compte, sauverait des vies.

Quelles sont les perspectives d’avenir de Watcherr et de la télémédecine ?
Nous envisageons d’utiliser toutes les données recueillies, de trouver la bonne équipe capable de créer l’IA dont nous avons besoin, tout en veillant, plus largement, à conserver l’analogique autant que le numérique. Par le passé, je pensais qu’il deviendrait plus facile de rapprocher ces deux mondes, mais il est de plus en plus difficile d’encourager les étudiants à travailler dans des domaines qui les obligeront à se former tout au long de leur vie professionnelle, et à comprendre comment créer des systèmes portant sur les comportements humains.

Souhaitez-vous installer Watcherr ?

Réservez une démonstration
Certaines déclarations font l'objet d'essais cliniques et ne sont pas encore disponibles sur le marché. Nous présentons nos systèmes du 14 au 17 novembre 2022 lors de l'événement Medica Trade Fair (Düsseldorf, Allemagne). Contactez-nous pour plus d'informations.
Certaines déclarations font l'objet d'essais cliniques et ne sont pas encore disponibles sur le marché. Nous présentons nos systèmes du 14 au 17 novembre 2022 lors de l'événement Medica Trade Fair (Düsseldorf, Allemagne). Contactez-nous pour plus d'informations.
Ce site Web utilise des cookies afin d'améliorer et de personnaliser votre expérience de navigation et pour des analyses et mesures concernant nos visiteurs à la fois sur notre site Web et sur d'autres médias.
Ce site Web utilise des cookies afin d'améliorer et de personnaliser votre expérience de navigation et pour des analyses et mesures concernant nos visiteurs à la fois sur notre site Web et sur d'autres médias.